Refermer le menu

Quand la classe d’école devient connectée.

infos pratiques
Quand la classe d’école devient connectée.
Jeudi 12 juin, le projet Galago porté à Bordeaux a été présenté au festival du numérique « Futur en Seine » à Paris. L'introduction du numérique à l'école est une des priorités de l'agenda digital de la ville de Bordeaux. Retour sur une manifestation qui met en avant l'un des acteurs principaux de la e-éducation de la métropole.

Une classe connectée : comment ça marche ?

Des élèves de l’école primaire de Nuyens de Bordeaux se sont déplacés avec leur enseignante jeudi 12 juin à la Gaîté Lyrique à Paris, pour montrer aux participants du Festival Numérique Futur en Seine, leur  nouvelle façon de e-apprendre avec les tablettes Galago.



















Dans une reconstitution de classe, les élèves ont eu cours comme tous les jours, à la seule différence que le tableau noir, les cahiers à spirales, et les stylos avaient laissé la place à un TNI (tableau numérique interactif), des tablettes tactiles et des stylets !
L’ambiance est tout d’un coup studieuse ! L’enseignante montre et donne les consignes sur le tableau numérique. Des élèves travaillent d’un côté de la classe, sur des exercices de mathématiques et de l’autre, sur des activités de français. L’enseignante peut ainsi passer auprès de chaque élève répondre à leurs questions si besoin.
Puis changement d’activité, l’enseignante commence un cours d’anglais. Elle cite des mots anglais que chaque élève retrouve et entoure sur sa propre tablette.
L’agilité et l’interactivité avec laquelle pédagogues et apprenants suivent ce cours témoignent des nombreuses possibilités qu'offre l'introduction du numérique dans la pédagogie. L'école de demain aura-t-elle ce visage là ?

Vers une individualisation de la pédagogie



















Emmanuelle Cuny, adjointe au maire de Bordeaux en charge de l’éducation, porteuse  du projet, le confirme, il s’agit bien de l’école d’aujourd’hui à Bordeaux.
Depuis 3 ans, la ville de Bordeaux a équipé toutes ses classes de primaire de TNI, et depuis janvier, plusieurs expérimentations avec tablettes ont été lancées. L’idée pour la mairie de Bordeaux est de pouvoir étendre ce projet à des écoles entières dès la rentrée, et permettre une meilleure individualisation de la pédagogie ! Quelques explications d'Emmanuelle Cuny :






 


C’est d’ailleurs une start-up bordelaise, Stantum, pionnière dans les écrans multi-touch, lauréate d’un appel à projets lancé par l’Education Nationale sur le thème « services numériques innovants pour l’e-education,  qui est à l’origine de cette initiative.
Guillaume Largillier, fondateur de la société Stantum, présente ainsi la tablette Galago en expérimentation dans certaines classes bordelaises :  avec son écran de 8 pouces, elle se différence d’une tablette grand public par son aspect coloré, sa résistance aux chocs, et l’ergonomie de son logiciel Elule. Les enseignants peuvent en effet créer des supports interactifs avec des images, des sons, des vidéos et les envoyer vers les tablettes de tel ou tel  élève.
L’ardoise et le cahier sont remplacés par un outil qui permet d’écrire, d’entourer (au doigt ou au stylet), et de zoomer sur des images.

Guillaume Largillier préfère parler de facilitation plutôt que de révolution pédagogique. Ces outils créent de l’enthousiasme auprès des élèves,  leur permettent de voir leurs erreurs  et de mieux s’approprier les contenus. Les enseignants  peuvent plus facilement créer des situations ludiques et adapter leurs exercices en fonction du niveau de chacun.  La diversité des supports peut également être un moyen de s'adresser aux différentes formes d'intelligence des élèves.

La prochaine étape pour la PME bordelaise est d’intensifier l’usage de la tablette pour imaginer même passer en mode nomade, en dehors de l’école.




La recette idéale

 

Changement de support et donc changement de mode d'édition ! Les éditeurs changent ainsi de métier et rendent les manuels interactifs.
Sylvain Fayol , Directeur du marketing et du développement pour le pôle éducation d’Editis (Nathan, Bordas, Le Robert et Retz) revient sur les quatre facteurs clés de succès d’une classe connectée :
un réseau performant, un matériel spécifique (tablettes), un contenu adapté aux différents usages, et accompagnement technique et pédagogique.
Le numérique, au-delà de son attraction auprès des élèves, apporte une concentration différente, et plus de personnalisation. Les activités et les exercices, vont pouvoir être adaptés à des groupes d’élèves de niveaux différents.
Les outils ne changent pas la façon d’apprendre mais permettent aux enseignants de développer en encore plus leurs nouvelles approches pédagogiques.




Pour une meilleure collaboration entre les enseignants



Agnès Largillier, enseignante en CM1, CM2 à l’école de Nuyens utilise les tablettes et le TNI depuis déjà plusieurs mois. Ces outils lui permettent de planifier  le travail, de créer des documents, de différencier les niveaux. Elle parvient mieux à s’adapter aux élèves allophones ou dyslexiques,  à illustrer ses supports de photos et d'images ce qui lui permet de dire au revoir aux tristes photocopies en noir et blanc !
L’enseignante rappelle l'importance de la notion de plaisir dans l'apprentissage.
En marge de sa démonstration, elle revient sur un élément non négligeable. Pendant le temps du projet pilote, elle a remarqué qu’elle et ses collègues mettaient de plus en plus en commun leurs créations d’activité.
L’outil permet alors une vraie collaboration et un renouveau dans les pratiques pédagogiques entre enseignants.
Belle initiative gagnante-gagnante donc, qui permet de créer plus de lien entres les différents acteurs : sachant/apprenants, et entre pédagogues.




La Ville fait de l'e-éducation et de l'éducation au numérique une des priorités de son agenda digital.  La création de contenus adaptés et innovants, l'accompagnement au changement de support, la mise en place des espaces numériques de travail, sont autant de chantiers sur lesquels la Ville s'investit en partenariat avec des acteurs locaux qui contribuent à faire rayonner Bordeaux, ville digitale.

AddThis Sharing

Hide
Show