Refermer le menu

Jean-Baptiste de la Rivière, Immersion : "L’UX dans les usages immersifs et collaboratifs"

infos pratiques
Jean-Baptiste de la Rivière, Immersion : "L’UX dans les usages immersifs et collaboratifs"
Jean-Baptiste de la Rivière est Directeur Recherche et Innovation de la société Immersion. Immersion est leader européen et acteur majeur international des technologies 3D immersives et collaboratives innovantes. Créée en 1994, la société invente, conçoit, intègre des solutions pour s’immerger, interagir et collaborer dans des environnements numériques, et est reconnue pour ses efforts à constamment améliorer l’expérience des utilisateurs de contenus 3D.  
 
 
Comment définiriez-vous l’expérience utilisateur (UX ou User eXperience)?
Ce concept regroupe tout ce que l’utilisateur va ressentir en prenant le contrôle d’une application. L’interface graphique, la réactivité de l’application, la façon dont les données sont traitées, les dispositifs à même d’afficher ou d’interagir, ne sont que quelques-uns des paramètres influant sur cette expérience.
 
Quelles sont les spécificités de la 3D et de la réalité virtuelle en termes d’UX ?
Les données 3D demandent des dimensions supplémentaires, qui ont tendance à très fortement complexifier les interactions et la visualisation. La réalité virtuelle repose sur le principe d’une immersion forte du ou des utilisateurs dans l’environnement virtuel, ainsi que sur la mise à disposition d’outils permettant de prendre le contrôle du point de vue ou des objets simulés.
 
En quoi l’UX est un facteur déterminant pour des grands comptes du type Airbus Defense and Space, un de vos clients ?
L’enjeu des usages industriels de la réalité virtuelle est de mieux comprendre certains phénomènes ou solutions. A ce titre, que ce soit dans des solutions d’immersion ou de collaboration, l’expérience du ou des utilisateurs doit être suffisamment fluide et agréable pour qu’ils se concentrent exclusivement sur les données, leurs manipulations et les confrontations de points de vue.

La réalité virtuelle (environnement immersif) permet effectivement à l’utilisateur d’être au cœur (au centre) de la 3D. L’utilisateur devient acteur, il n’est plus spectateur comme avec la 3D « classique ». La réalité virtuelle améliore la synergie entre les métiers / les équipes (notamment ingénierie / industrialisation), favorise la transversalité donc la co-création. Les dispositifs (matériels et logiciels) doivent être simple d’utilisation (user friendly) afin que cette solution soit à la portée de tous. En effet, la réalité virtuelle n’est pas destinée uniquement à des « experts de la 3D » (ex. bureau d’étude). Pour être démocratisée et notamment utilisée par des opérateurs de production (compagnon d’atelier) ayant très peu voire aucune compétence en 3D, il faut que les solutions industrialisées soient très simples à mettre en œuvre, intuitives,…

C’est à ce prix que la réalité virtuelle et les solutions collaboratives révèleront tout leur potentiel :

Réduire les coûts non récurrents :
  • Accélérer le cycle conception Produit / processus,
  • Améliorer les prises de décision
  • ...
Limiter les coût d’industrialisation (anticipation problématique, dérisquage conception des moyens / outillages / infrastructure,…) :
  • Réduire le nombre des maquettes physiques pour valider un produit / un processus),
  • Réduire le temps de rédaction des procédures techniques
  • ...
Réduire les coûts récurrents :
  • Optimisation processus MAIT,
  • Réduire les coûts liés à la formation,
 
# Expérience Utilisateur
Jean-Baptiste de la Rivière (Immersion) présentera un business case avec Christophe Reig (Airbus Defence and Space) dans le cadre de La Grande Jonction vendredi 8 avril 2016 à 15h au H14.

Inscriptions et programme complet

AddThis Sharing

Hide
Show